Fiches d'élevage
Boa constrictor imperator

Nom vernaculaire Famille Genre Espèces
Boa constrictor empereur Boïdés Boa constrictor imperator
 
Régime Reproduction Temp. moyenne Chute nocturne Hygromètrie
Rongeurs, volailles Ovovivipare 29°C 4°C 60-70%
Un animal très habituel en terrariophilie qui combine facilité de maintenance et taille respectable.

Description et biologie

Le boa constricteur est un serpent représenté par six sous-espèces couramment reconnues parmi lesquelles B. c. imperator. Le boa constricteur est probablement le « gros » serpent le plus le plus maintenu au monde. Son caractère généralement docile, ses couleurs et patrons variés, liés soit aux différentes sous-espèces, soit à des sélections d'individus, sa facilité de maintenance ainsi que son aptitude à généralement se reproduire facilement ont contribué à sa popularité.

  

Répartition et biotope

Amérique centrale et Amérique du Sud, on le rencontre dans les forêts tropicales, les savanes humides ou sèches et les zones semi-arides.

 

Terrarium et maintenance

Ce serpent nécessite un terrarium d'au moins 200 x 60 x 80 cm pour loger un couple adulte. Pour des animaux de taille plus modeste, 1,5 à 2 m, un terrarium de 150 x 50 x 80 cm sera suffisant.

Le boa constricteur est un serpent qui ne présente pas de difficultés particulières quant à son élevage. Son terrarium et son bac d'eau (dans lequel il devra pouvoir s'immerger) seront toujours tenus propres. Il sera nourri de rongeurs tels que rats, cochons d'Inde ou lapins, éventuellement de volailles. Ce serpent ne rechigne que rarement à se nourrir, les prises de nourriture devront donc être contrôlées et limitées afin de ne pas rendre les individus obèses. Des animaux nés en captivité ne poseront aucun problème à se nourrir de proies mortes, qu'elles soient fraîches ou décongelées.

 

Reproduction

A partir du moment où il est bien soigné, le boa constricteur ne présente pas de difficultés particulières pour se reproduire. A partir de l'âge de trois ans environ, il sera mâture. Suite aux accouplements ayant lieu tout au long de l'année, même si les périodes les plus fréquemment constatées vont de mi-automne au début du printemps, il donnera naissance à des petits complètement développés (serpent ovovivipare) au nombre de 12 à 50, avec un record de 65. La pratique qui consiste à pousser les reproducteurs en les sur nourrissant est une pratique mettant en danger la vie de ces derniers. En effet, des animaux sur nourris ne se développeront pas harmonieusement (gros corps, petite tête), ils auront des tendances à être stériles et vivront moins longtemps.